Le Temps
de lumière

C’est une présence qui naît.
Si tu ne remplis pas le vide, il n’existe pas. Voilà ce qu’il dit.
Et il creuse la ligne, et il tend le trait,
comme une veine d’écriture.
L’art n’est pas un discours,
mais quelque chose de fulgurant.
Chaque matin, faire le vide en soi.
Par pure nécessité.
Un couteau de nécessité sous la gorge.
Faire le vide en soi pour faire de la peinture.
Pas des tableaux, de la peinture.
En prise de lumière, en prise de risque.
Ne rien attendre.
Quelque chose comme le pur bonheur.

Zéno Bianu
Le Temps de lumière
Jean-Michel Place

© Michel Mousseau, 2015 – © Lionel Pagès